L'Ecole de vos rêves

Le rêve, vraiment ?

Désolé d’être porteur de mauvaises nouvelles.

L’École de vos rêves, que ce soit HEC, l’ENS, Polytechnique… You name it.

Ce n’est pas l’école de vos rêves. C’est le rêve de la société. C’est ce à quoi on a associé l’autorité scolaire, l’autorité dans la société salariale.

Encore aujourd’hui,vous lisez un article de journal : « Machin-truc,polytechnicien, normalien ».. Comme si réussir un concours bac+2 donnait une quelconque crédibilité à qui que ce soit ?

La plupart, sinon l’intégralité du temps passé en école (et je devrais même dire à l’école en général) est du temps perdu et gaspillé. Passez une semaine à HEC, l’ENS, l’ENA. Cours sans intérêt,sociabilité exacerbée, alcool pour oublier. Est-ce vraiment une formation ? Ironiquement, d’une façon plus générale,n’importe quelle école n’a rien à voir avec la prétendue finalité de l’Ecole. En informatique, les meilleurs ne sont pas ceux qui sont passés par les « grandes écoles », mais simplement ceux qui ont codé… et il n’y a pas besoin de permission, juste besoin d’un intérêt et de l’inspiration.

L’École de vos rêves, c’est surtout le rêve temporaire de la reconnaissance sociale. C’est un rêve dont certains ne se réveillent jamais, à en voir les normaliens agrégés pullulant les lycées, traînant encore sur les bancs de la rue d’Ulm, ou ces marketeux de cabinets de conseils sortis d’HEC… Toujours persuadé qu’il y avait une quelconque valeur à leurs études, que leurs études justifient leur poste ou leur statut. Sans jamais se poser la question de la compétence. Sans jamais se demander si ce mémoire inutile sur Damacius ou Les enjeux des BTS entre 1987 et 1995 a une quelconque pertinence pour leur vie. Aussi joli le titre qu'ils échangent contre ces devoirs inutiles soit. Aussi joli le nom de leur école soit. 

L’École où vous allez, que vous obtenez n’est jamais qu’un nom. Vous pensez vouloir intégrer parce que vous ressentez, sans forcément les avoir, une pression à « bien faire », à « suivre le bon chemin », quand ce n’est jamais qu’un chemin tout tracé. Peut-être le pire des chemins ? 

Il serait merveilleux, qu’à la façon des échantillons dans les supermarchés, on permette aux élèves de prépa de passer un an ou deux dans leur« école de leur rêve ». Même dans plusieurs écoles. Histoire de goûter. Juste pour les laisser se rendre compte que derrière les portes closes, derrière le mur de l’idéalisation qu’ils en ont fait,il n’y a rien, c’est du vent. Un vague avantage sur le marché du travail de la société salariale. Combien continuerait leur prépa ? Pas beaucoup...Peut-être beaucoup en fait. Parce qu’au fond, on veut peut-être le statut, le gain matériel, ou que sais-je encore. Et d’autres chemins que l’école paraissent flous et inconnus. Et les vraies destinations dans cette vie encore plus.

Bien sûr, l’ironie c’est que dans certains cas, dans la plupart des cas, vous avez besoin des avantages matériels et statutaires que prodiguent cette fameuse École de vos rêves. Peut-être ça pourrait vous servir de moyen pour atteindre ce que vous voulez vraiment, encore que j'en doute. C’est tout l’intérêt de ce site en un sens.

Gagner le jeu ou se rendre que le jeu est une arnaque.Sinon, vous serez comme tous ces gens impressionnés par les beaux titres parce qu’ils n’ont ni compris l’astuce pour les obtenir(à savoir trouver les méthodes et les informations), ou simplement qu’ils acquiescent à l’idée que ces titres ont une quelconque valeur. Ces derniers appartiendront encore au troupeau. Au troupeau qui souscrivent à l'idée que le titre fait l'autorité.

Vous êtes dans le jeu de la prépa, c’est une chose. Mais à quoi est-ce que vous jouez réellement ?